L’aimer et le faire aimer sans limites


 

La Pira avait déjà écrit dans une lettre à sa tante qu’il voyait sa propre vocation dans l’engagement laïc :

« Il ne fait aucun doute que le Seigneur a mis dans mon âme le désir des grâces sacerdotales. Mais il veut que je garde mes habits laïcs pour travailler de façon plus féconde dans le monde laïc qui demeure loin de Lui. La finalité de ma vie est cependant nettement tracée : être le missionnaire du Seigneur dans le monde. Et je dois remplir cet apostolat dans les conditions et dans l’environnement dans lesquels le Seigneur m’a placé. »

Dans une lettre à sœur Teresina (1933), La Pira écrit avec simplicité cette phrase qui a été considérée à juste titre comme la synthèse de sa vie :

[…] je ne suis pas prêtre comme vous avez pu penser. Jésus ne l’a pas voulu et ne veut pas cela de moi ! Je suis seulement un jeune homme à qui Jésus a accordé une grande grâce : le désir sans limites de l’aimer et de le faire aimer sans limites.