Cardinal Elia Dalla Costa

Né à Villaverla (département de Vicence) en 1872, il fut consacré prêtre en 1895. Évêque de Padoue en 1923, Archevêque de Florence dès 1932, Cardinal en 1933, il décéda à Florence en 1961. Un procès en béatification le concernant est actuellement en cours.

Comme l’a écrit son plus fidèle collaborateur, Dalla Costa « construisit sur la pierre : les pluies tombèrent, les fleuves débordèrent, les vents violents soufflèrent mais la maison résista parce qu’elle était construite sur la pierre d’une foi en Dieu profonde et lumineuse et sur la mission que la Providence lui avait confié. Sa vie, son labeur, son amour, sa souffrance furent porté par astre lumineux qu’est la foi. "Lui, il croit vraiment", "Lui, il a vraiment la foi" : tels étaient les commentaires des personnes qui avaient entendu sa parole ».

A Florence, son souvenir est évoqué avec un profond respect et une réelle dévotion, non seulement pour son extraordinaire mission pastorale mais aussi pour le rôle primordial qu’il a joué durant la Deuxième Guerre Mondiale au cours de laquelle il mit toute son énergie à sauver des vies humaines de la prison et de la mort, et tout particulièrement des juifs, ainsi que pour ses importantes actions en faveur de la sauvegarde du patrimoine artistique de la ville.

Le comportement courageux qu’il adopta au cours de la visite de Hitler à Florence en 1938 suscita une grande admiration : non seulement il décida de ne pas participer aux cérémonies officielles mais il ferma, en signe de protestation, les fenêtres et les portes de l’archevêché. Face aux intimidations qui suivirent de la part du régime, il répondit : « Je ne crains pas les puissants parce que je suis l’oint du Seigneur ».

C’est pour tout cela que l’administration municipale issue de la Résistance conféra à Dalla Costa le Droit de Cité honoraire de Florence « à titre de reconnaissance de ses grands mérites civils ».

En cliquant ici, vous pouvez accéder à la page   La Pira et Dalla Costa .