Algerie et dialogue avec le monde arabe (18/4/58)

Nous sommes dans la période cruciale de la guerre d'Algérie.

Les forces forces conservatrices font pression afin que le Vatican exprime un soutien  solide et inconditionnel à la "France chrétienne" dans sa lutte contre le Front National de Libération algérien.

Une fois de plus, La Pira donne à la question une perspective nouvelle:

[…] Il faut autre chose, Saint Père, que le pétrole du Sahara, d’Irak ou d’Iran, pour opposer de façon salutaire une idée historique « au fort potentiel » au ferment national et religieux qui anime chaque jour de façon plus accélérée les peuples arabes et tous les peuples africains et asiatiques !

Quelle étoile lumineuse l’Occident montre-t-il (que ce soit la France, l’Angleterre ou l’Amérique) pour créer des centres d’attraction et faire converger vers lui les nouveaux peuples et les nouvelles nations ? Voilà le problème ! Quelle « étoile de Jacob » montre-t-on dans l’espace soi-disant libre du monde ? L’étoile de la liberté ? Saint Père, c’est une étoile qui a trop pâli et s’est trop dégradée, alors que cette très précieuse étoile a été créée par Dieu pour que l’on agisse dans Son orbite, une orbite de justice et de beauté, une orbite d’adoration et de fraternité.

Cet « idéal » de la soi-disant liberté économique et politique est un idéal qui n’est plus attractif, beau ou efficace. Il a été altéré dans sa substance même par cette conception « libérale » du monde, qui est apparue en opposition à la conception chrétienne et qui est toujours plus devenue matérialiste, oppressive, athée.

[…] la France, si elle ne veut pas s’éteindre en tant que phare de la civilisation chrétienne, doit avant tout régler politiquement – et non de façon policière – la question algérienne. Le peuple algérien veut l’indépendance. Il en a le droit. Il n’y a pas de pétrole qui vaille face à un problème en train d’ébranler le monde entier.

[…] Notre époque est singulière : elle présente pour la première fois, en des termes totalement nouveaux, le problème des rapports entre la chrétienté et l’Islam, entre la chrétienté et Israël, entre la chrétienté et le monde des « gentils ».